My Photo

Contact

  • Website:

Biography

A freelancing consultant for most of my life, I have worked in Belgium, Italy, Spain, and briefly in the UK and Germany, in and for many indusrial and service sectors.

When I look back on the most interesting activities undertaken in the past years it always boils down to some form of "problem solving", or doing unusual things with a bit of creativity. Like proposing and promoting the first issue of Spanish Kingdom bonds in the Dutch money market and not being a banker or an economist, or programing a turnover in a powerplant and not
being an engineer.

I consider myself a generalist. I found this article on the excellent site of Fred Nickols and it seems to fit well. The original in english at:
(fttp://home.att.net/~nickols/general.htm)

My translation by permission of the author:

Généraliste ou spécialiste, lequel dois-je consulter ?
Intégration, non pas addition

Le cas d’un consultant qui est un généraliste n’est pas celui de quelqu’un qui domine plus d’une spécialité et qui met en pratique chacune d’elles lors que les circonstances l’exigent. Bien au contraire, un généraliste est une personne qui n’a pas seulement maîtrisé, mais qui a également intégré plus d’une spécialité. Le travail d’un généraliste est une affaire d’élargissement en vertu de la synthèse ou intégration, et pas de la simple addition.
Un consultant que a maîtrisé plus d’une spécialité, mais qui ne les a pas encore intégrées demeure un spécialiste – une série de solutions au lieu d’une unique solution - s’adressant à des problèmes correspondants à chacune.
On peut trouver des généralistes au cœur de domaines spécialisés et en les couvrant plus largement. Ils y a des généralistes dans le domaine de la formation par exemple, c'est-à-dire qu’ils sont capables de créer des cours ou de l’instruction programmée, de développer des media, construire des tests et aussi de donner une formation. Ils y a également des gens qui se spécialisent dans chacun de ces domaines. Et il y a aussi des gens qui sont compétant dans plusieurs domaines de la formation et en outre, dans d’autres domaines (Par exemple, le développement de l’organisation, de la gestion, de la technologie du rendement, et du consulting classique en management)

La Nature du Travail d’un Généraliste

Si le travail d’un généraliste ne se réduit pas simplement à l’exercice de plus d’une spécialité, quelle est donc son essence ?
Le travail d’un généraliste est celui d’un résolveur d’un problème dans son ensemble. La maîtrise et l’intégration de plus d’une spécialité apportent une habilité plus généralisée à résoudre des problèmes. Cela signifie qu’un généraliste peut aborder des problèmes dont la portée, l’envergure et la complexité sont plus grandes que les problèmes abordés par des spécialistes. Cela ne veut pas dire que les spécialistes ne sont pas également des résolveurs de problèmes, parce qu’ils le sont bien. Cela signifie simplement que la portée, l’envergure et la complexité des problèmes que les spécialistes cherchent à résoudre sont limités à leur spécialité. Dans le cas contraire ils sont en dehors de leur domaine—et peut-être de leur «division».
Pour intégrer des domaines de spécialisation, le généraliste doit les modifier. Cela est dû au fait que la nature même d’une spécialité est d’être mise à part, d’être spéciale. Altérer les spécialités afin de les intégrer est la façon dont un spécialiste devient un généraliste. Mais les généralistes sont également des spécialistes d’au moins un domaine spécialisé. Et, comme tels, ils risquent d’être critiqués par leurs collègues pour s’écarter des pratiques acceptées. Ceci parce que les généralistes cherchent continuellement à faire progresser une pratique ou une sphère de spécialisation, et non simplement à s’en tenir aux vues des pratiques acceptées

Tant les généralistes que les spécialistes s’adressent aux problèmes. Les deux cherchent également à les résoudre. Une différence principale entre eux repose dans le type de problèmes recherchés. Un généraliste attaquera consciemment des problèmes qui impliquent ou pourraient impliquer des spécialités au-delà de celles qui ont déjà été maîtrisées. Un spécialiste qui est satisfait de l’être n’agira pas ainsi.
L’objectif d’un généraliste est de résoudre le problème rencontré, de construire la solution adéquate. L’objectif d’un spécialiste est de trouver des problèmes qui correspondent aux solutions disponibles. (La distinction est subtile mais essentielles)

Comment les différencier?

Comment dès lors un client potentiel peut-il distinguer un généraliste d’un spécialiste ? Peut-être le moyen le plus simple est de demander aux consultants potentiels de s’identifier comme l’un ou l’autre. La revendication d’être un spécialiste se vérifie aisément. Celle d’être un généraliste demande un examen plus approfondi. Vous pourriez vous trouver dans la nécessité de demander quelles sont les spécialités qu’ils ont maîtrisées et quel est l’approche conceptuelle utilisée pour les intégrer. Si le consultant est enclin à publier, vous pourrez consulter ses publications. En recensant ce que le consultant a écrit, vous devinerez jusqu’à quel point une ou plusieurs spécialités ont été intégrées. Examinez son chemin professionnel. L’éventail des projets exécutés et des problèmes auxquels il s’est attaqué vous en diront long sur l’ampleur de ses travaux.

Choisir la Bonne Personne

Pour engager un consultant, voici quelques facteurs généralistes-spécialistes à prendre en compte.

1. Voulez-vous résoudre un problème ou mettre en place une solution ?

Dans le premier cas vous pourriez avoir besoin d’un généraliste, bien que pas nécessairement. Dans le second vous vous avez presque certainement besoin d’un spécialiste.

2. Votre problème est il reconnu ou soupçonné d’être solvable au moyen de l’application d’une spécialité concrète (par exemple une formation, un re-engeneering ou un travail de relations publiques) ?

Si ce n’est pas le cas vous avez vraisemblablement besoin des services d’un bon généraliste.
Si la réponse est affirmative vous pourriez employer, soit un spécialiste, soit un généraliste qui serait maître de cette spécialité particulière et qui serait disposé à limiter ses efforts à l’application de cette spécialité. (Toutefois il est difficile de confiner des généralistes hors des domaines apparentés, donc assurez vous qu’ils soient disposés à agir en spécialistes—à moins que vous ne soyez prêts à vivre l’élargissement du projet.)

3. Vos besoins de contrôle sont-ils élevés ou réduits ?

S’ils sont élevés, vous pourriez avoir besoin d’un généraliste ; ils sont mieux équipés pour adapter leur travail à vos nécessités.

Si vos besoins de contrôle sont plus réduits, vous pourriez vouloir un spécialiste ; ils sont plus enclins à fournir leurs prestations à leur manière.

Dans les deux cas vous feriez bien de vérifier le niveau de contrôle du consultant parce que celui-ci varie également entre généralistes et entre spécialistes. Naturellement ce que vous souhaitez est un bon mariage entre vos besoins et le degré de tolérance du consultant pour ces derniers.

En Résumé

Lors que vous recherchez un consultant, il est important de savoir si vous avez besoin des services d’un généraliste ou d’un spécialiste. Vous pourriez nécessiter les deux. Les généralistes sont habituellement mieux à même de vous aider à définir le problème. Les spécialistes ont tendance à formuler le problème de façon à l’appliquer à leurs solutions. Tous deux peuvent être utiles une fois le problème défini. Aucun des deux ne vous sera de beaucoup d’utilité si leurs besoins de contrôle ne coïncident pas avec les vôtres. Choisissez votre consultant soigneusement, et considérez bien les différences entre un généraliste et un spécialiste

Interests

Avid reader (in six languages) and traveller, Cooking, Do-it-yourself, System theory, Holistic approach, General Semantics, Ecology, New Education, All that concern the new paradigm, Networking, Collaborative Working, Cognitive processes, so called "self KM".